La « plus grande blockchain du monde » va voir le jour en Ethiopie

Trois mille cinq cents écoles, cinq millions d’élèves et 750 000 enseignants. Atala PRISM s’annonce déjà comme le « plus grand déploiement d’une blockchain dans le monde » , selon les mots d’Input Output Hong Kong sur Twitter. Et surprise : ce projet ne vient ni de la Perle de l’Orient, où IOHK a été fondée, ni des Etats-Unis, où elle est présente, mais bien d’Ethiopie.

Alors que l’on connaît les deux seuls prétendants à la future licence télécoms ouverte par le pays d’Afrique de l’Est, MTN et Vodafone/Vodacom/Safaricom, c’est un autre pan de la stratégie de numérisation Digital Ethiopia 2025 qui a défrayé la chronique en cette fin avril. Le 27 précisément, la société qui développe la blockchain Cardano, sur laquelle se base notamment la cryptomonnaie ADA, a annoncé avoir signé un partenariat avec le ministère éthiopien de l’Education pour développer un système national d’identification et d’enregistrement des résultats basé sur la blockchain afin de vérifier numériquement les notes, de contrôler à distance les performances des écoles et de stimuler l’éducation et l’emploi dans tout le pays.

L’annonce de cette première mondiale peut paraître étonnante, quand on sait que seuls 15% des Ethiopiens ont accès à internet et quand on connaît la situation actuelle très tendue dans la région du Tigré. Mais c’est justement la raison pour laquelle l’entreprise a choisi ce pays : « C’est un pays difficile, donc si on peut le faire ici, on peut le faire n’importe où », a déclaré John O’Connor, directeur des opérations d’IOHK en Afrique.

Un fabricant de tablettes chinois et une aide financière d’USAID

Une équipe d’IOHK a déjà posé ses valises dans ses nouveaux bureaux d’Addis-Abeba et travaille sur le développement d’Atala PRISM pour une livraison en janvier 2022, a confié la firme au média Coindesk. Selon le ministre, le gouvernement éthiopien a conclu un accord avec un fabricant chinois dont l’identité n’a pas été révélée, afin de fournir suffisamment de tablettes pour que le projet se réalise. John O’Connor a déclaré que le ministère, qui bénéficie du soutien financier d’importants donateurs occidentaux, dont USAID, financera l’achat des tablettes et construira également les infrastructures manquantes afin que 3 500 écoles éthiopiennes aient accès à Internet et puissent utiliser le nouveau système. Le premier million de tablettes électroniques destinées aux étudiants devrait arriver en Éthiopie ce mois-ci.

Atala PRISM fonctionnera sur la blockchain publique Cardano mais reposera principalement sur un noeud, soit une version de la blockchain, géré par le ministère de l’Education. Les écoles, disséminées dans l’ensemble du pays sauf le Tigré, utiliseront un client léger pour y accéder. IOHK travaillera aussi avec un vaste réseau de partenaires, a indiqué John O’Connor, notamment des réseaux de paiement mobile.

Ainsi, les diplômés du secondaire recevront des cartes munies de puces NFC qui contiendront leurs titres d’études. Cela signifie que les données seront disponibles même si un enfant ne dispose pas d’un téléphone portable ou d’un autre appareil pour se connecter au système, a précisé John O’Connor à Coindesk.

Des projets similaires à venir en Afrique du Sud et au Kenya

Cela permettra de résoudre la question des fausses certifications, un grave problème en Éthiopie. Cela pourrait donner aux jeunes Éthiopiens des opportunités qu’ils n’ont pas actuellement parce que leurs diplômes ne sont pas considérés comme fiables en Occident.

« J’ai étudié à Oxford et j’étais intrigué de savoir pourquoi il n’y avait pas d’étudiants éthiopiens. Lorsque j’ai posé la question, on m’a dit que [l’université] ne reconnaissait pas leurs titres de compétences. Ils n’ont pas assez d’informations sur ce qui se passe dans les universités éthiopiennes », a déclaré O’Connor.

Lorsque le projet sera lancé, il commencera par des élèves de 12e année, a déclaré le ministre Getahun Mekuria lors du flux vidéo avec Cardano. Mais les années suivantes, davantage d’étudiants recevront des identifiants blockchain.

« Nous nous sommes rendus compte depuis longtemps que les pays en développement pourraient particulièrement bénéficier de la technologie blockchain, grâce à l’absence de systèmes numériques intégrés et établis mais également parce que les blockchains sont moins coûteuses que des infrastructures plus lourdes », complétait IOHK dans son communiqué, assurant être en négociations en Afrique du Sud, au Nigeria ou au Kenya pour des projets similaires.

Related Posts

Laissez un commentaire