Pandémie de Covid-19 : qui tire le e-commerce en Afrique ?

Après une année de pandémie, comment se porte le commerce en ligne en Afrique ? Et quels pays tirent, dans le domaine, leurs épingles du jeu ? C’est à ces questions que vient répondre un tout récent rapport de Visa, que nous avons consulté. Le document dresse d’abord un podium, établi sur les trois dernières années, des plus gros contributeurs au commerce en ligne africain. Podium sur lequel on trouve, dans l’ordre, l’Afrique du Sud, le Nigeria et le Kenya. Mais le Ghana est en passe de bousculer cette hiérarchie, que l’on constate par ailleurs dans d’autres secteurs de la Tech sur le continent. Il a ainsi ravi la troisième place au Kenya en 2020.

Et cela “grâce” à la pandémie. D’ailleurs, les différents confinements sur le continent ont fait augmenter le nombre de consommateurs en ligne de 5% sur le continent. Mais tous les pans du e-commerce africain n’ont pas profité de cette embellie de la même façon. La restauration s’est rapidement adaptée : les commandes (et les livraisons) de repas en ligne ont bondi de 160%. L’habillement, en revanche, n’as pas connu pareil sort.

(Source : VisaNet, rapport Visa / Ecommerce)

Comme nous l’avons vu ici, les confinements ont d’abord poussé les consommateurs à aller en ligne, avant d’attaquer sérieusement leurs budgets. En face, l’offre n’était peut-être pas encore assez adaptée. Mais Visa est optimiste pour le e-commerce en Afrique : la décélération observée au cours de l’année dernière, en Afrique comme dans le reste du monde, “devrait s’inverser en 2021 et 2022”.

Et il pourrait faire bien mieux, si seulement il n’était pas marqué, comme d’autres secteurs, par des inégalités criantes entre les sexes. Ainsi, le commerce en ligne africain pourrait bénéficier d’un peu plus de 12 milliards d’euros supplémentaires si le nombre de femmes vendant sur les plateformes en ligne atteignait celui des hommes. C’est en tout cas ce qu’affirme la Société financière internationale (SFI), en partenariat avec la Commission européenne, dans un autre rapport, publié lui aussi il y a quelques jours. Rapport sur lequel nous reviendrons bientôt. (Photo : UNCTAD / Flickr / CC)

Related Posts

Laissez un commentaire