L’Afrique se lance (enfin) dans l'intelligence artificielle

Si les startups africaines qui exploitent vraiment les technologies liées à l’intelligence artificielle (algorithmes d’apprentissage automatique et d’apprentissage profond) – comme l’ivoirienne data354 – ne se bousculent pas encore au portillon, comme le rapporte WeeTracker, l’Afrique a bel et bien pris conscience de l’enjeu. Google a implanté un centre d’IA à Accra, au Ghana, et un projet d’Agence francophone de l’intelligence artificielle est en train de voir le jour au Togo, poussé par l’Organisme international de la francophonie.

D’ici 2030, l’intelligence artificielle augmentera le PIB mondial de 14% (14,1 billions d’euros), estime le rapport Foresight Africa 2020.

Lire également : les 10 infos qui ont marqué la Tech africaine en 2019

Aujourd’hui, les grands groupes africains commencent à voir ce bénéfice. « L’intelligence artificielle a révolutionné nos interactions avec nos clients et ceux qui ne suivent pas ce mouvement disparaîtront », tranche, dans La Tribune, Laurence Do Rego, la directrice exécutive du groupe Ecobank Transnational Incorporated, le géant bancaire présent dans 36 pays africains qui compte aujourd’hui 19 millions de clients.

Le secteur est néanmoins encore trop balbutiant en Afrique, c’est pourquoi le rapport Foresight Africa 2020 omet le continent. Pour savoir ce que l’IA peut lui apporter, lire cet article d’AI Expo Africa.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.