Facebook, Orange et China Mobile annoncent 2Africa, le futur « câble le plus complet du monde » qui doit encercler l’Afrique dès 2023-2024

par kpoireault

C’est l’effervescence dans le secteur des câbles sous-marins de fibre optique en Afrique. Quelques jours seulement après que Huawei Marine Networks, propriété du chinois Hengtong, a commencé à déployer le câble Senegal Horn of Africa Regional Express (SHARE) entre le Sénégal et le Cap-Vert, une poignée de géants du secteur annoncent, ce 14 mai, le projet de construction de 2Africa, un câble sous-marin de 37 000 km qui connectera l’Europe, le Moyen Orient et l’Afrique.

A la manœuvre de cet autoproclamé « câble le plus complet du monde », on retrouve le plus grand opérateur du monde, China Mobile International, les géants Orange, MTN GlobalConnect et Vodafone, les opérateurs égyptien Telecom Egypt et saoudien Saudi Telecom Company (STC), le fournisseur télécoms basés à Maurice, West Indian Ocean Cable Company (WIOCC), mais aussi Facebook. La construction du câble, elle sera confiée au français Alcatel Submarine Networks, filale du finlandais Nokia.

Pensé pour améliorer la résilience des pays de la région, 2Africa desservira 28 points d’aterrissement dans 23 pays, dont 21 points d’aterrissement dans 16 pays d’Afrique. Il devrait être mis en service en 2023 ou 2024. La profondeur d’enfouissement du câble a été augmentée de 50 % par rapport aux anciens systèmes et le tracé évitera les zones touchées par les perturbations sous-marines. « Il facilitera [aussi] le déploiement de la 4G, de la 5G et de l’accès haut débit fixe pour des centaines de millions de personnes, peut-on lire dans le communiqué. Dans les pays connectés par le câble 2Africa, les prestataires de services obtiendront des capacités par le biais de data centers neutres ou de stations d’atterrage en libre accès, de manière équitable et juste. Cette initiative permettra de soutenir le développement d’un écosystème Internet sain dans lequel s entreprises et les particuliers pourront bénéficier d’un accès fortement amélioré. »

Sa capacité, allant jusqu’à 180 Tbit/s « sur les éléments clés du système », sera « supérieure à la capacité combinée totale de tous les câbles sous-marins desservant l’Afrique à l’heure actuelle ». Cette performance est garantie par l’utilisation d’une nouvelle technologie SDM1, conçue par ASN, « permettant le déploiement d’un maximum de 16 paires de fibres, là où les anciennes technologies n’en supportaient que huit, pour une capacité améliorée à un coût plus avantageux ». Le câble intègrera également la technologie « optical switching » (commutation optique) pour permettre une gestion flexible de la bande passante.
                     
Le projet 2Africa représentente un nouvel investissement de grande envergure des télécommunications chinoises en Afrique. « Il nous permettra d’offrir à nos clients une connexion sans couture entre l’Afrique et l’Europe, associé à nos ressources de câble sous-marin SEA-ME-WE 5 et AAE-1 afin d’étendre notre présence en Asie, ce qui représente une étape importante de notre stratégie de développement international » a déclaré Jessica Gu, Administratrice et Directrice de la technologie chez China Mobile International. Quant à l’implication de Facebook dans ce projet, elle peut nous interroger sur l’avenir du projet Simba – que nous avions évoqué dans notre enquête publiée il y a quelques jours – tant les deux projets semblent similaires, tant géographiquement que dans l’approche économique. 2Africa est-il le nouveau nom de Simba, dont les ambitions auraient été revues à la hausse ?

Lire aussi

Laisser un commentaire